L'OMC s'incline devant Big Pharma lors de la conférence ministérielle

En dépit d'une campagne mondiale appelant à la suspension des barrières de propriété intellectuelle pour faire face au Covid-19, l'OMC a failli le monde entier et a adopté un texte terriblement inadéquat lors de sa Conférence ministérielle.

Malgré plus de 6 millions de décès et une campagne mondiale de deux ans en faveur d'une dérogation aux barrières de propriété intellectuelle pour faire face au Covid-19, l'OMC a failli le monde et s'est inclinée devant les grandes entreprises pharmaceutiques lors de sa conférence ministérielle qui s'est terminée ce matin à Genève.

Au lieu d'adopter la dérogation proposée par plus de 100 pays, l'OMC a adopté un texte terriblement inadéquat qui ne fait guère plus que clarifier les règles existantes de l'accord sur les ADPIC. Le texte édulcoré a été adopté parce que l'UE, le Royaume-Uni et la Suisse se sont rangés du côté des grandes entreprises pharmaceutiques et ont bloqué le texte proposé pendant près de deux ans.

Ces dernières années, l'OMC a été incapable de se mettre d'accord sur un quelconque résultat, car les pays du sud exigeant que le programme pour le développement soit pris en compte. L'OMC célèbre aujourd'hui le texte sur les ADPIC comme un compromis durement gagné, insufflant une nouvelle vie à une institution moribonde. En réalité, ce résultat, deux ans après le début de la pandémie, prouve que l'OMC est un obstacle à la santé mondiale, aux droits des travailleurs, à la justice et à la solidarité.

L'OMC est incapable de répondre à une crise ou de faire passer les travailleurs.euses de la santé et les personnes en première ligne avant les profits. Nous nous joignons donc à près de 300 syndicats et organisations de la société civile condamnant l'Union européenne, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis pour leur rôle dans le blocage d'une dérogation et appelant les gouvernements à agir en dehors de l'OMC pour garantir que chacun ait accès aux vaccins, diagnostics et médicaments COVID nécessaires pour sauver des vies et mettre fin à la pandémie.

Voir la déclaration conjointe des syndicats et de la société civile ci-dessous.

DÉCLARATION CONJOINTE

Les gouvernements doivent briser la mainmise de Big Pharma et de l'OMC sur l'accès à la santé en prenant des mesures immédiates pour donner la priorité aux vies humaines sur les monopoles pharmaceutiques

Plus de deux ans après le début d'une pandémie qui a tué 15 millions de personnes, les barrières de propriété intellectuelle de l'Organisation mondiale du commerce restent honteusement un obstacle mortel limitant l'accès mondial aux vaccins, tests et traitements du COVID-19. Quelques pays riches qui défendent les intérêts des sociétés pharmaceutiques ont réussi à bloquer l'utilisation du mécanisme de dérogation de l'OMC pour suspendre temporairement ces barrières, alors que plus de 100 pays membres de l'OMC étaient favorables à une dérogation. Les processus d'exclusion et d'oppression notoires de l'OMC ont été déployés pour faire passer en force un texte factice qui n'améliorera pas l'accès mondial aux médicaments COVID-19, car non seulement il ne supprime pas les obstacles liés à la propriété intellectuelle, mais il ajoute scandaleusement des contraintes supplémentaires aux flexibilités existantes de l'OMC pour la production de médicaments. Cette situation scandaleuse souligne que les gouvernements doivent prendre des mesures immédiates pour contourner la priorité accordée par l'OMC aux monopoles pharmaceutiques au détriment des vies humaines.

En agissant au nom des intérêts pharmaceutiques et en bloquant la suppression par l'OMC des barrières de propriété intellectuelle (PI) à l'accès mondial aux vaccins, aux tests et aux traitements, l'Union européenne, la Suisse et le Royaume-Uni ont trahi les milliards de personnes dans le monde qui ont encore besoin d'accéder aux vaccins, aux médicaments et aux diagnostics qui peuvent leur sauver la vie. En ne respectant pas la dérogation sur les vaccins pour laquelle ils avaient annoncé leur soutien et en bloquant l'inclusion de traitements et de tests, les États-Unis ont également tourné le dos à une planète qui souhaite désespérément que la pandémie de COVID prenne fin.

L'incapacité à renoncer temporairement à l'Accord de l'OMC sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC), comme le demandaient la grande majorité des pays du monde, les experts en santé publique, les travailleurs de la santé, les fabricants de médicaments génériques, les défenseurs des droits de l'homme, les chefs religieux, les syndicats, les groupes communautaires, un grand nombre de lauréats du prix Nobel et d'anciens chefs d'État, et même le Pape, montre à quel point l'OMC est défaillante et dangereusement déconnectée.

Les besoins en matière de santé ne peuvent être asservis aux profits des monopoles pharmaceutiques. En réponse à l'échec actuel de l'adoption d'une dérogation temporaire aux monopoles pharmaceutiques de propriété intellectuelle sur les contre-mesures médicales COVID, les organisations de la société civile du monde entier appellent les gouvernements à :

  1. S'engager à ne pas utiliser les mécanismes de règlement des différends de l'OMC et d'autres accords de commerce et d'investissement ou d'autres moyens pour tenter d'arrêter ou de dissuader les pays de produire, de distribuer ou d'utiliser des technologies médicales ou de partager des informations sur la façon de le faire, indépendamment des règles de PI de l'OMC et des accords de libre-échange ;

  2. Prendre toutes les mesures nécessaires pour sauver des vies et mettre fin à la pandémie, notamment en utilisant pleinement les flexibilités existantes, bien que limitées, de l'OMC ;

  3. Contourner les règles de monopole pharmaceutique de l'OMC lorsque c'est possible et défier carrément ces règles lorsque c'est nécessaire.

Cet appel uni intervient alors que l'OMC conclut sa réunion de prise de décision la plus importante depuis le début du COVID-19 - la 12ème Conférence ministérielle de l'OMC - sans accepter de supprimer temporairement les règles de PI de l'OMC qui restreignent la production et la fourniture de vaccins, de produits diagnostiques et thérapeutiques COVID

Pendant plus de 18 mois, l'obstination et l'intimidation d'un petit nombre d'États membres de l'OMC très puissants sur le plan économique ont eu raison du souhait de plus de 100 pays de lever les obstacles de l'Accord sur les ADPIC de l'OMC à l'accès mondial aux outils médicaux COVID-19. Le texte de renonciation aux ADPIC proposé en octobre 2020 par l'Afrique du Sud et l'Inde a bénéficié du soutien de 65 pays membres de l'OMC, mais, scandaleusement, les négociations sur ce texte n'ont jamais été autorisées. Dans le cadre des processus inacceptables de l'OMC, un texte rédigé par le Secrétariat de l'OMC et soutenu uniquement par le principal opposant à la dérogation, l'Union européenne, a été mis en avant [pour passer en force lors de la réunion ministérielle] [avec pour conséquence l'échec prévisible de tout accord sur l'élimination des barrières à la propriété intellectuelle de l'OMC]. L'histoire retiendra durement la contribution de l'OMC à l'apartheid du vaccin, du traitement et du test COVID.

La menace que fait peser l'OMC sur l'accès mondial aux médicaments n'a pas commencé avec le COVID-19. Depuis des décennies, l'OMC refuse obstinément de faire passer les priorités mondiales communes, comme sauver des vies et mettre fin aux pandémies, avant les intérêts étroits des monopoles pharmaceutiques en matière de profit et de recherche de pouvoir. C'était clair au début du siècle, au plus fort de la crise du VIH/SIDA, et cela l'est encore plus aujourd'hui avec l'inaction inadmissible de l'OMC pendant la crise du COVID.

Les règles draconiennes de l'OMC en matière de propriété intellectuelle ont déjà contribué à prolonger la pandémie actuelle et, si les pays ne parviennent pas à se débarrasser de ces règles, elles continueront à contribuer à des dommages massifs en matière de santé publique, d'économie et de société lors des futures pandémies également. Et les pandémies ne sont pas les seuls sujets de préoccupation. Des milliards de personnes n'ont pas accès aux médicaments vitaux qui préviennent, traitent et guérissent les maladies parce que les régimes de propriété intellectuelle faussent les priorités de la recherche, créent une pénurie en restreignant artificiellement les approvisionnements et permettent une tarification excessive et une distribution inéquitable qui affectent les pauvres et les personnes vivant dans les pays à faible revenu. Les pays qui n'acceptent pas ces règles font l'objet de menaces et de répercussions commerciales, sapant ainsi leurs propres processus et règles souverains. Cela ne peut plus durer.

Le monde ne doit pas permettre que l'apartheid mortel qui a caractérisé la fabrication et la distribution de la première génération de vaccins COVID soit recréé lorsqu'il s'agit des diagnostics, des traitements et des vaccins de deuxième génération COVID. Le processus de l'OMC n'ayant pas permis de suspendre les règles de propriété intellectuelle de l'OMC pour empêcher cette injustice permanente et désastreuse, les gouvernements qui sont également des États membres de l'OMC doivent maintenant agir de bonne foi en dehors des règles de l'OMC.

Cliquez ici pour accéder à la déclaration conjointe avec la liste des organisations signataires.