Campagne de Remunicipalisation

Le Syndicat National Autonome des Travailleurs de l'Energie, l'Eau et des Mines du Cameroun (SYNATEEC) a organisé les 13 et 14 juin 2019 un atelier de planification stratégique dans le cadre de la mise en œuvre de la campagne du gouvernement Camerounais pour garder la distribution de l’eau potable dans le giron public.

En 2018, le Président Camerounais Paul BIYA a décidé de ne pas renouveler le contrat d’affermage qui liait l’entreprise Camerounaise CAMWATER et la filiale camerounaise du consortium Marocain (CDE) relativement à la distribution de l’eau potable au Cameroun.

Video

Fatou DIOUF, Coordinatrice de Projets pour l'Afrique Francophone à l'ISP nous parle de la campagne de remunicipalisation de l'eau au Cameroun lors de l'atelier de planification stratégique ISP/SYNATEEC avec les OSC Camerounaises à Yaoundé.

Remunicipalisation de l'eau au Cameroun

L’atelier de Yaoundé a vu la participation de Fatou DIOUF, Coordinatrice de Projets pour l’Afrique Francophone à l’ISP comme l’une des modérateurs clés aux côtés de Chief EWOUKEM, Président National du SYNATEEC. Parmi les thèmes abordés étaient les conséquences de la privatisation et l’importance de la renationalisation de l’eau pour les travailleurs de CAMWATER et pour la population camerounaise.

L'objectif c'est d'offrir l’eau de qualité et en quantité à la population Camerounaise.

Les participants à l'atelier ont donné des analyses et observations en ce qui concerne les périodes avant et après la privatisation ; celles-ci résumées ci-dessous:

Avant la privatisation

  • Accès des populations à l’eau en quantité et en qualité
  • Présence des bornes fontaines publiques approvisionnées en eau
  • Absence de conflits sociaux liés à l’eau

Après la privatisation

  • Concentration de la fourniture de l’eau dans les grands centres urbains
  • La fourniture d’eau en milieu rural est laissée aux partenaires de développement
  • Absence de fontaines publiques
  • La multiplication des forages crées par des particuliers avec des conséquences négatives pour la santé des consommateurs
  • Naissance de conflits sociaux liés à l’eau au sein des quartiers
  • Augmentation de la charge de travail pout les femmes et les enfants avec un impact négatif sur les études

Key Figures

10 ans

la période pendant laquelle la CDE, une entreprise privée, a geré la distribution de l'eau potable

2018

l'année à partir de laquelle le gouvernment Camerounais a decidé de l'eau potable dans le giron public

24 mi

la population du Cameroun en 2018

Le constat qui est ressorti des échanges est que la fourniture de l’eau était meilleure avant la privatisation de la gestion de l’eau au Cameroun. Lorsque la gestion de l’eau a été privatisée, l’accent a plutôt été mis sur la rentabilité et non sur la qualité du service. Les échanges ont également permis de mettre en lumière la nécessité pour l’Etat d’impliquer les communes dans la gestion de l’eau au Cameroun, car CAMWATER seul ne peut pas fournir l’eau à toute la population.

D’autres points clés à l’ordre du jour étaient : l’importance et le rôle de la plateforme, l’état d’avancement de la renationalisation, l’élaboration des contenus pour la sensibilisation en interne, la cartographie des organisations et/ou personnalités pouvant aider dans les campagnes de lobbying et de plaidoyer, élaboration des actions de lobbying auprès des membres de l’exécutif et du législatif de l’Etat du Cameroun et l’élaboration du contenu pour la sensibilisation en externe. Une trentaine de participants ont effectivement pris part à l’atelier.