Ce manifeste est un appel à la reconnaissance, élaboré par un groupe de professionnels qui sont parmi les plus influents dans la vie de nos jeunes. Nous sommes le personnel de soutien à l'éducation, personnel syndiqué – des travailleurs/euses de première ligne dans les écoles et les universités : des employé-e-s de bureau, des concierges, des agents d'entretien, des conducteurs/trices de bus, des auxiliaires de classe, des agents de restauration scolaire, des infirmiers/ères scolaires et des aides-soignant-e-s, des secrétaires, des assistant-e-s d'éducation spécialisée, et bien d'autres personnes qui renforcent les institutions où nous travaillons et qui protègent la santé et le bien-être de nos étudiant-e-s. La santé, la sécurité, l'hygiène sur le lieu de travail et la formation doivent être garanties en tant que droits fondamentaux humains, sur la base des normes internationales du travail.

Video

Clips de la réunion ISP entre les personnels de soutien à l'éducation et les travailleurs de la culture, le 12 mai 2020

Réunion de l'ISP entre les personnels de soutien à l'éducation et les travailleurs de la culture

Si la pandémie a bouleversé une grande partie de nos vies, elle a renforcé la valeur et l'importance de l'éducation publique. En cette période de crise, l’encadrement quotidien apporté par le personnel de soutien à l'éducation, sa créativité et son dévouement ont brillé : Nous sommes des conducteurs/trices de bus scolaires qui livrent des repas aux familles dans le besoin ; des agents de restauration scolaire qui continuent à préparer les repas quotidiens des élèves dans le besoin ; des concierges qui gardent les bâtiments scolaires propres même lorsqu'ils sont fermés ; des infirmiers/ères scolaires qui établissent de nouveaux protocoles sanitaires nécessaires à la réouverture des écoles ; et du personnel de classe qui, même en utilisant les technologies d'enseignement à distance, continue à répondre aux besoins sociaux et émotionnels de nos élèves.

© MikeDotta/ Shutterstock

Nous devons renforcer les services publics de qualité et le secteur public, avec des budgets novateurs pour éviter la perte progressive des financements publics et garantir l'accès universel à ces services, en veillant à ce qu'ils disposent d'un personnel professionnel suffisant et de droits du travail complets, y compris dans une perspective d'égalité de genre. Ainsi, alors que nos écoles et nos communautés rouvrent lentement et en toute sécurité, nous continuerons à défendre sans relâche l'inclusion de nos professionnel-le-s et de nos syndicats à la table des décisions.

Tout d'abord, nous demandons avant tout la protection de nos membres dans tous les aspects du fonctionnement des écoles – et nous devons l’inclure dans le cadre du processus de négociation collective. Le développement professionnel et le temps de collaboration du personnel de soutien à l'éducation seront plus importants que jamais. Les enseignant-e-s et le personnel de soutien à l'éducation auront besoin d'une formation aux risques vitaux pour la prévention des infections. Nous ne devons plus jamais nous retrouver dans une situation où les travailleurs/euses manquent d'équipements de protection et de la formation nécessaire pour les utiliser.

© Madhourse/ Shutterstock

Nous demandons également que nos voix soient entendues alors que nous repensons la santé publique dans nos écoles. Le personnel de soutien à l'éducation sera au cœur de l'élaboration des protocoles de protection des élèves et du personnel. Tout plan devrait inclure des mesures pour l’entrée dans l'école et des endroits dédiés au lavage des mains. Nos concierges et notre personnel d'entretien, qui sont en première ligne, dirigeront au quotidien la désinfection complète et sûre des locaux.

Le personnel de soutien à l'éducation sera également indispensable pour la réussite de la réorganisation de la journée scolaire et du fonctionnement des écoles, y compris la construction et l'entretien d'installations portables et de salles de classe plus petites. Nous devons être inclus dans les décisions concernant les horaires fractionnés, l'alternance des jours de la semaine ou des heures de la journée, ou l'ajout de sessions d'été. Nos professionnel-le-s joueront un rôle clé lorsque nous tiendrons compte du fait que les heures de repas et les temps de transport en bus scolaire devront être échelonnés pour maintenir la distanciation sociale. Nous nous engageons à nouveau à défendre une éducation publique de qualité et à vaincre les inégalités en matière d'éducation, qu'elles soient dues à la géographie, aux revenus, au genre, à la capacité d'accéder à la technologie ou à des besoins d'apprentissage particuliers.

Enfin, et pour faire simple, nous demandons que les salaires, les avantages et les conditions de travail du personnel de soutien à l'éducation – à tous les niveaux – soient protégés à tout moment, pendant et après la crise. Nous ne permettrons jamais que cette crise soit utilisée comme une excuse pour l'externalisation, hors privatisation, ou une raison pour éliminer ou affaiblir les conventions collectives négociées et mises en place de manière équitable. Au contraire, cette crise renforce l'importance de la négociation collective et le rôle qu'elle joue dans le soutien des travailleurs/euses et de leurs communautés.

La réouverture en toute sécurité de nos écoles – avec leur double rôle d'éducation des élèves et de centres d'écoles communautaires – sera l'un des facteurs les plus déterminants pour la reconstruction de nos pays et la préservation de nos démocraties. La promotion du dialogue social, de la liberté d'association et de la négociation collective est essentielle à la lutte pour une éducation publique gratuite et de qualité, afin que personne ne soit laissé pour compte.

Le personnel de soutien à l'éducation a longtemps servi, longtemps combattu, et a gagné le droit d'être au centre de la nouvelle vision de ce que sera la scolarisation dans un monde post-pandémique.

Signez le Manifeste

* Le nom de votre organisation/votre nom ne sera affiché que lorsque nous clôturons la collecte des signatures.